Spirite et Médium

 

« MESSAGE DE VICTOR HUGO »

 

Mort_de_Victor_Hugo

 

-« On dit de Victor Hugo que le spiritisme fut pour lui une consolation, on le dit avec gentillesse, on le dit avec compassion, on pense que c’était alors la consolation d’un vieux fou qui refusait la mort, qui refusait la mort de son enfant et qui par dépit, s’est réfugié dans « Les tables tournantes » pour imaginer entrer en communication avec sa fille.

   Oh ! Ceux qui ont dit cela et ceux qui continuent de le dire ne me dérangent guère…  le « vieux fou » contemple depuis le monde des esprits leur ignorance et leur stupidité…

   Le « vieux fou » sait très bien qu’il a fait beaucoup d’envieux, le vieux poète fou sait très bien que beaucoup étaient jaloux des communications que nous avons obtenues à Jersey et à Guernesey….

Le vieux fou, lorsqu’il a rendu l’âme était loin des pompes organisées par la République Française qui l’avait oublié pendant plus de trente ans pour l’avoir exilé.

   Oh ! J’étais loin de cette cérémonie aussi stupide que ceux qui avaient décidé de l’organiser.

   J’étais déjà avec ma vraie nature, ma nature spirituelle, ma nature éthérée comme toute vie.

   Il faut écouter « Les vieux fous » qui entrent en communication avec les esprits.

   Il faut savoir se satisfaire des critiques de ceux qui n’ont justement que ces mots à la bouche et pas davantage pour renier l’existence de la formule spirite et de la communication avec les morts…

   Ah ! La belle mort qui me fit retrouver mes enfants.

   Ah ! La belle mort, mon exil suprême, ma liberté enfin donnée, le remerciement de Dieu, mon Père. Oh ! J’avais su le sublimer dans la poésie. Il me récompensera dans la lumière aveuglante donnée à tous ceux qui se retrouvent au-delà de la mort.

   Et maintenant je viens vous visiter, ici, dans les pierres dressées il y a des milliers et des milliers d’années par d’autres fous peut-être… Vive donc la folie, mes amis spirites.

   Savez-vous ce que l’on suppose ? Oui, vous le devinez déjà :

« Assez stupides, assez fous pour suivre nos messages, pour prétendre être en contact avec nos personnes désincarnées.

   Moi Victor Hugo, le poète, ce soir je veux prétendre à ma survivance… Je veux prétendre à mon éternité… Je veux revendiquer ma vie, mon droit et ma liberté de vous rendre visite.  Vive le Spiritisme…   Au revoir. »

 

 Message extrait du livre ENTRE CIEL ET TERRE

 de Karine Chataigner