18 juin 2009 (Rediffusion)

 

Prière du Guérisseur

                                             

 Sauveur de tous

 

Tu m'as appelé pour veiller sur la vie et la santé de tes créatures.

-Que ni l'avarice, ni la soif d'argent ou de réputation ne fausse mon cœur, car les ennemis de la vérité et de l'amour pourraient aisément me tromper et me rendre oublieux de mon but :  FAIRE DU BIEN A TES ENFANTS.

-Donne-moi la force, le temps, l'occasion de corriger sans cesse ce que j'ai acquis et d'en élargir constamment le domaine.

LA CONNAISSANCE est SANS FIN et je peux aujourd'hui, découvrir mes erreurs d'hier et demain, obtenir une clé nouvelle sur ce dont je me crois fermement assuré.

-Donne-moi l'amour, pour que chargé de ma propre peine et sans refuge souvent pour moi-même, je trouve toujours en moi une douceur, un abri, une force pour le désespéré qui m'attend.

-Donne-moi la grâce, pour qu'en mon plus mauvais moment, dans mon incertitude, ma faiblesse d'homme, mon trouble, je reste toujours assez sage, assez bon, assez pur, digne de la douceur sacrée dont la foi s'est donnée à moi.

-Donne-moi la fidélité dans la miséricorde, pour que je n'oublie pas et n'abandonne jamais le moindre des misérables qui à moi se fient.

-Donne-moi la lumière, éclaire-moi dans l'obscurité d'autrui pour que, obligé d'entrer dans le secret des corps et des âmes, je ne me trompe pas de route et ne blesse rien en passant.

-Donne-moi la force ô mon Dieu, pour que le poids de tous ne vienne pas m'accabler, pour que la détresse que je porte n'atteigne pas ma joie, pour que la blessure que je panse ne me fasse pas de mal.

 

memonide_guersseurExtrait de la prière du Guérisseur d'après MAiMONIDE*, Médecin juif du 12ème siècle.

*MAIMONIDE ou RAMBAM
Né à Cordoue (Espagne) en1135, mort à Fostat (Egypte)
en 1204, enterré à Tibériade (Israël).
Théologien,philosophe et médecin d'une grande réputation, le nouveau Moïse (autre appellation de Maïmonide dans la mémoire hébraïque) est connu dans le monde chrétien et musulman, notamment pour son "Guide des Perplexes" (vers 1190).
Guide spirituel des Juifs et codificateur de la Loi orale, il est cependant rationaliste. Il soutient la thèse de la solidarité de la foi et du savoir et concilie foi et raison.
Saint Thomas d'Aquin et Albert le Grand lui doivent beaucoup. Leibnitz s'intéresse à ses idées.