_

Nicole_Bordeleau_et_Fr_d_ric_Lenoir

_
Chers amis,
_
Au cours de notre existence, nous aurons tous à traverser des périodes de transitions, à vivre des changements. Un changement de vie, qu'il provienne de notre volonté ou qu'il nous soit imposé par des circonstances extérieures, implique de clore un cycle. Cela signifie que le moment est venu d'honorer ce qui a été, d'apprendre de nos expériences et de tourner la page pour prendre un nouveau départ.

Quand on s'engage dans une nouvelle voie, souvent la peur nous attend au tournant. C'est normal, car nous quittons la sécurité et le confort de ce qui nous est familier pour s'engager vers l'inconnu. La meilleure manière de traverser cette période de transition, c'est de faire la paix avec l'inconfort qu'apporte le changement dans notre vie.
_
ACCEPTATION 
_

L'acceptation active de l'inconfort nous apportera un sentiment d'apaisement plus vite que si l'on résiste. Quand on résiste, l'ego prend les commandes de la situation et s'empare de notre esprit. Le cas échéant, on s'invente des scénarios terrifiants. Nos émotions s'enflamment. Nous perdons nos repères et nous devenons prisonniers de la peur et de l'anxiété.
La peur, pour nous empêcher d'avancer, peut se cacher sous toutes sortes d'excuses : manque de temps, manque d'expérience, manque d'argent, notre âge, notre poids, notre état de santé ... L'un des moyens les plus efficaces pour négocier ce passage, c'est de laisser parler la peur. 
 
Peu importe sa forme, que ce soit la peur de regretter notre vie d'avant, de se tromper, d'être malheureux à la suite de tel ou tel changement, etc... la peur perd de sa force dès qu'on a le courage de l'écouter ou de la nommer.  Ainsi, en admettant ce qui nous effraie, nous découvrons que nos peurs ne sont que des pensées qui, très souvent, déforment la réalité.

Pour se libérer de ces pensées anxiogènes, plusieurs techniques sont efficaces, mais celle que je préfère, c'est de laisser « parler » mes peurs sur papier. Cet exercice m'est encore plus indispensable quand je m'apprête à faire un changement important dans ma vie.

La méthode est simple : il s'agit d'abord de fermer les yeux et de prendre le temps de respirer. Grâce à la respiration, vous serez moins enclin à vous perdre dans des scénarios qui alimentent vos peurs. Après quelques respirations profondes, rouvrez les yeux et notez librement, et durant de nombreuses minutes, ce qui vous trouble, vous angoisse, vous questionne, vous confronte et vous déstabilise.

Ne portez aucun jugement sur ce que vous écrivez, faites simplement laisser les mots défiler sur la feuille.   Cet exercice vous aidera non seulement à prendre du recul face à vos peurs, mais aussi à faire le tri dans vos pensées, à vous libérer de l'angoisse générée par ces pensées. Petit à petit, tout comme l'eau érode une pierre, la peur se dissout dans l'encre et le papier.

La pratique contemplative d'écrire nos peurs permet de prendre du recul et de mieux voir en soi. Par la suite, en relisant vos mots, vous serez plus calme et centré. Vous saurez faire la différence entre ce qui appartient à votre imaginaire et ce qui est réel. Ce faisant, vous saurez mieux quel est le premier pas à faire.
En réalité, la peur du changement est souvent une forme d'excitation qui cherche une voie pour s'exprimer. Quand on lui donne une feuille de papier, la peur cède progressivement sa place à la confiance et à la joie libératrice de se réinventer !
_
ACTION 
_

Après avoir terminé l'exercice écrit, le temps est venu de passer à l'action. Car espérer que notre situation change et faire en sorte qu'elles change réellement sont deux choses complètement différentes. L'une est une pensée, l'autre implique qu'on s'active pour changer.
La clé pour se réinventer, c'est de passer à l'acte. Ici, il peut s'agir de dresser un plan sur papier, contacter quelqu'un pour discuter de notre projet, en parler avec une personne qui nous soutient, planifier un rendez-vous, etc ... Que ce soit un petit ou un grand pas, il nous faut transcender les limites qu'on s'était imposées.  On doit quitter sa zone de sécurité et suivre son chemin.
Et, malgré la peur, on doit se mettre en mouvement, avancer sur un terrain inconnu,  oser prendre un tournant.
Il n'y a pas d'autre option. Il faut prendre le risque de se tromper, prendre le risque d'échouer, mais aussi prendre le très beau risque de réussir et d'être plus heureux.
La vie, dit-on, ne révèle ses richesses qu'à ceux qui ont réussi à faire face à la peur, à ceux qui savent apprécier le changement et qui prennent le risque de faire un pas devant. 
Cette année, je vous souhaite que vos plus grandes aspirations deviennent réalité !
Que la vie vous soit douce,

                                                                                           Nicole
_

Pour d'autres billets, conseils et pratiques, visitez www.nicolebordeleau.com